Sorties culturelles
St_Nicolas_Nantes

L’architecture du XIXe siècle

Au XIXe siècle, l’homogénéité architecturale vole en éclats : la conception d’ensemble du siècle précédent laisse place à des réalisations plus modestes, l’unité à une grande diversité de styles .
La première partie ce cette séance, qui en comportera deux, envisage les années 1800-1852 et la floraison éclectique : néo gothique, néo byzantins ou néo romans, tous les styles du passé ressurgissent, adaptés en une mode historiciste.

Ce siècle riche et dense sera une nouvelle occasion d’observer, de décrire et de comprendre un patrimoine nantais – peut-être pas si familier qu’on ne pense.

1re séance : samedi 27 juin
2e séance : samedi 4 juillet

Planche tirée des Nouvelles vues perspectives des ports de France dessinées pour le Roi par M. Ozanne, gravées par Y. Le Gouaz, 1776

L’architecture du XVIIIe siècle

A partir des années 1720, le visage de Nantes change du tout au tout. Le développement démographique, l’essor économique et commercial du port obligent la ville à sortir de l’enceinte médiévale qui la corsetait : de nouveaux quartiers voient le jour aux abords de la porte Saint Pierre, on lotit l’île de la Saulzaie – future Feydeau -, de beaux hôtels particuliers sortent de terre, le financier Graslin imagine le quartier qui portera son nom.
Le visage de Nantes est encore largement aujourd’hui celui qu’a façonné cet entreprenant XVIIIe siècle. Cette nouvelle séance d’Architectures propose d’observer et de décrire le bâti pour le comprendre dans son contexte historique et économique, et l’apprécier au quotidien.

albert-anker-jeune-fille-lisant-reproduction-grands-maitres-peinture-sur-toile-galerie-art-artiste-peintre-copiste-professionnel-qualite-tableaux-musee-france-culture

Conseils de lecture en temps de confinement

Quelques conseils de lecture pour amateurs d’histoire de l’art (débutants, confirmés, passionnés et tous les autres)

La Bible (Ancien et Nouveau Testament)
Eh oui, quand on fait de l’histoire de l’art, la Bible est in-dis-pen-sa-ble ! Quelques pages chaque jour, et, si le confinement continue, vous en viendrez à bout avant la fin de la crise sanitaire.

Jacques de Voragine, La Légende Dorée, 2 vol. (éd de poche Garnier Flammarion)
Ensemble de textes hagiographiques sur la vie des saints, source fondamentale pour la peinture religieuse. Un saint par jour suffira amplement. 

Nadeije Laneyrie-Dagen, Lire la peintureTome 1 Dans l’intimité des œuvres. Larousse.  
Excellente introduction à la vie des œuvres, du support à la signature. Pour ceux qui suivent des cours d’histoire de l’art, le livre constituera une très bonne révision (attention, interro à la rentrée…)

Du même auteur, son Histoire de l’art pour tous (Hazan) est le meilleur ouvrage général sur l’histoire de l’art (remplacera très avantageusement votre vieux Gombrich). A compulser et picorer selon vos envies.

Daniel Arasse, On n’y voit rien. Folio, 2006.
Daniel Arasse, Histoires de peintures. Folio, 2007.
Textes courts, savants et captivants sur la peinture, rédigés dans un style très vivant (adaptés à partir d’une série d’émissions radio). A lire sans modération.

Giorgio Vasari, Vies des plus excellents peintressculpteurs, architectes. Grasset, coll. Cahiers Rouges (édition abrégée)
La première histoire de l’art de l’histoire, rédigée en 1550 à partir de vie d’artistes, tous Florentins ou presque. Une plongée dans les arts de la Renaissance (de la fin du XIIIe siècle au XVIe) vus par un contemporain. Attention, Vasari n’est pas une lecture romanesque et demande un peu de concentration. Soyez en forme.

Michel Pastoureau, Bleu. Coll. Points (poche)
Du même auteur, en poche : VertNoirPas encore en poche : RougeJaune.
Une passionnante histoire des couleurs, envisagées de tous les points de vue possibles (économique, artistique, social, culturel, artisanal, linguistique, etc.) Indispensable et de lecture aisée. 

Irving Stone, La vie ardente de Michel Ange. Plon
Excellente biographie romancée de Michel Ange : la Renaissance de Jules II comme si vous y étiez. Un vrai roman pour oublier momentanément le Covid-19.

Camille Pascal. L’été des quatre rois. Presses Pocket.
Juillet 1830 : le roi Charles X publie des ordonnances qui, pense-t-il, vont lui permettre de rétablir la monarchie dans sa pleine souveraineté. Mais, 40 ans après la Révolution, le peuple de Paris se soulève de nouveau. Quelques journées d’histoire qui ont fait tomber la couronne des Bourbons.
Le roman qui vous fera souhaiter que le confinement se prolonge.

Demoule Jean Paul, On a retrouvé l’histoire de France. Comment l’archéologie raconte notre passé. Folio.
Passionnante et vivante plongée dans le quotidien des archéologues, mais aussi dans notre roman national.  

 

Alors bien sûr, à l’issue de cette liste, vous allez me dire : Oui, très bien, mais où va-t-on trouver ces titres ?…
En temps normal, vous seriez allé dans n’importe quelle bonne librairie, mais hélas elles n’assurent même plus de livraison. Peut-être avez vous au moins un titre ou deux ?…
Sinon, eh bien,… il reste le sport.

thumb

Devant les oeuvres (mars)

Parcours initiation : Apprivoiser l’art contemporain

L’art de notre époque est encore souvent source de méconnaissance, de perplexité, voire de totale incompréhension. Comprendre l’art contemporain requiert pourtant les mêmes démarches et les mêmes efforts que l’art ancien, à commencer par l’observation attentive des œuvres. Avec des mots simples, quelques dates et concepts indispensables, un contexte resituant un artiste et sa production, ce nouveau rendez-vous Devant les oeuvres ouvre une voie de pacification vers l’art contemporain.

Parcours approfondissement : Muséographie 
Avant le XIXe siècle, aucune œuvre d’art n’était pensée et réalisée pour un musée. Et pourtant, toutes celles que nous admirons aujourd’hui sont accrochées sur des murs blancs, régulièrement espacées et éclairées avec soin. C’est tout l’art de la muséographie que de réfléchir à la présentation et à la mise en scène des œuvres dans un musée.
Quels sont les enjeux de cette jeune science, ses contraintes et ses limites ? Cette séance Devant les œuvres propose cette fois de regarder, non pas les œuvres, mais les murs et l’espace autour, pour s’intéresser à la façon… dont on voit les oeuvres.
Eugène Delacroix, La Barque de Dante, 1822, huile sur toile, 189 × 241,5 cm, Paris, Louvre

Devant les oeuvres (février)

Parcours initiation : Les techniques artistiques

Regarder une œuvre, c’est la comprendre. S’intéresser à sa matérialité, c’est la regarder d’encore plus près et observer ce qu’il y a derrière l’image. Huile et tempera, toile et bois, grisaille, lavis, eaux-fortes, gesso, toutes ces dénominations renvoient à des techniques et des supports bien précis, qui mettent en jeu des matériaux et des gestes particuliers. Cette séance Devant les oeuvres s’intéresse aux supports et aux techniques picturales, pour comprendre, en profondeur, ce qui fait une œuvre.

Parcours approfondissement : sources littéraires et savantes de la peinture

Les arts visuels et la littérature ont toujours entretenu des rapports étroits. Longtemps, la peinture s’est tournée vers l’écrit pour y puiser thèmes et sujets : textes poétiques, tragédie, comédie ou roman, tous les genres littéraires ont contribué à la création d’images. Une large partie de ces textes, qui constituaient le socle de la culture humaniste, sont aujourd’hui méconnus, voire oubliés. Cette séance Devant les œuvres propose de les ressusciter, en les associant aux toiles qu’ils ont inspirées.
Cette séance nécessite la lecture préalable d’un ensemble de textes (à télécharger ici)

Karel Dujardin, Autoportrait, 1662, huile sur toile, Amsterdamn, Rijksmuseum

Devant les oeuvres (janvier)

Parcours initiation : Les techniques artistiques

Regarder une œuvre, c’est la comprendre. S’intéresser à sa matérialité, c’est la regarder d’encore plus près et observer ce qu’il y a derrière l’image. Huile et tempera, toile et bois, grisaille, lavis, eaux-fortes, gesso, toutes ces dénominations renvoient à des techniques et des supports bien précis, qui mettent en jeu des matériaux et des gestes particuliers. Cette séance Devant les oeuvres s’intéresse aux supports et aux techniques picturales, pour comprendre, en profondeur, ce qui fait une œuvre.

Parcours approfondissement : Portraits et effigies (II)

Qu’il soit mémoriel, officiel ou funéraire, allégorique ou de groupe, le portrait est l’une des formes les plus courantes dans les arts visuels. S’il fixe d’abord les traits d’un individu ou d’un groupe, le portrait a servi des buts multiples, bien au-delà de sa stricte fonction mémorielle : perpétuation du souvenir, affirmation d’un statut, célébration du pouvoir absolu, évocation des émotions humaines, le portrait a évolué jusqu’à ce que les avant-gardes et le XXe siècle le libère de ses contraintes de ressemblance visuelle.

111

L’architecture fortifiée

Nouveau : 2 séances

Comme nombre de cités, Nantes a été protégée par un système défensif complet. Mis en place dès le IIIe siècle, il est agrandi, remanié, restauré au fil du temps et perdure jusqu’au XVIIIe siècle. Une partie de ce système défensif médiéval est encore visible, au château, bien sûr, mais aussi à la porte Saint-Pierre, à la tour du Pas et autour d’un pan de courtine conservée.

Cette séance d’Architectures propose de découvrir une partie du passé médiéval de Nantes, de se familiariser avec l’architecture fortifiée et son vocabulaire, et d’apprendre à en reconnaître des éléments techniques.

thumb

Devant les oeuvres décembre

Parcours approfondissement : les animaux dans l’art

Premier sujet de l’art, la représentation de l’animal traverse les siècles, de Lascaux à Louise Bourgeois ou Maurizio Cattelan. L’iconographie des animaux varie en fonction des époques et des lieux, mais elle doit son omniprésence à sa longue relation à l’homme et à sa forte charge symbolique, entre effroi et fascination.

Parcours initiation : symboles et allégories

La peinture regorge de symboles : religieux ou profanes, apparents ou cachés, simples ou complexes, les symboles confèrent un sens particulier à l’image, la codifiant, l’opacifiant, contredisant même parfois sa lecture première.
Cette séance Devant les œuvres propose un parcours codé dans les salles du musée d’Arts, pour débusquer et décrypter les symboles qui émaillent la peinture ancienne.

Le Greco (dit), Theotokopoulos Domenico (1541-1614). Etats-Unis, Chicago, The Art Institute of Chicago. 1906.99.

Devant les oeuvres (novembre)

Perfectionnement
Peindre le paysage
Cette deuxième séance consacrée à l’histoire du paysage dans la peinture approfondira le thème abordé l’année précédente. Fidèle reflet des évolutions de l’histoire picturale, la représentation de paysage a été tour à tour littérale, métaphorique, historique, poétique ou abstraite, évoluant en fonction du regard porté sur la nature, de moins en moins construit et de plus en plus sensible.

Initiation
Scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament
De toutes les sources auxquelles ont puisé les peintres, la Bible est sans aucun doute la plus importante, la plus féconde et la plus durable : des premiers temps du christianisme jusqu’à l’époque contemporaine, les Ecritures ont fourni d’innombrables sujets et motifs aux artistes.
Le riche fond d’oeuvres religieuses du musée d’Arts nous entraîne sur les pas des héros et des femmes fortes de l’Ancien et du Nouveau Testament, dans un exercice de reconnaissance de quelques épisodes, célèbres ou peu connus.

Frantisek Kupka, L'acier boit n° II, 1927-1928, huile sur toile, 46 x 55 cm, Paris, MNAM, Centre Pompidou

Charlie Chaplin dans l’œil des avant-gardes

Pour célébrer les 130 ans de la naissance de Charlie Chaplin, le musée d’Arts propose une relecture des arts visuels de la première moitié du 20e siècle, en prenant le cinéma de Charlie Chaplin comme fil conducteur.
Peintures, photographies, dessins, sculptures, documents et extraits de film illustrent l’influence et la fascination exercées par le cinéma de Chaplin sur les productions artistiques de František Kupka, Marc Chagall, Fernand Léger, Man Ray, Meret Oppenheim ou Claude Cahun, entre autres artistes.

5 visites guidées proposent d’éclairer la présence continue de l’imaginaire chaplinien dans la création artistique du siècle dernier.

Mercr 6 novembre 15h-16h30, samedi 23 nov 11h-12h30, mercr 4 décembre 16h15-17h45, sam 11 janvier 15h-1630, sam 25 janvier 11h15-12h30